Il n’y a pas de petites victoires

L’une des conséquences inattendues de ma dyspraxie, ça a été mon incapacité pendant de très longues années à comprendre et à me souvenir du fonctionnement du lave-linge. Lorsque j’ai quitté Yagg et que j’ai arrêté de travailler à plein temps, de l’espace a dû se libérer dans mon cerveau. Pendant que je réapprenais à vivre au quotidien, l’un de mes objectifs était de dompter cette bête, de rééquilibrer un peu les tâches domestiques dont se chargeait mon épouse en quasi intégralité. Donc: le lave-linge.

Ça a mis des mois (“au fait, tu peux me rappeler sur quel programme je dois mettre?”) mais j’ai fini par y arriver. Et donc désormais, c’est moi qui suis chargée des lessives de la famille, c’est mon territoire, c’est moi qui gère. Ça a l’air de rien pour la plupart des gens, mais pour moi, c’est une forme d’indépendance, de dignité, de liberté. Je maîtrise. Prochaine étape: le four.

Et donc aujourd’hui, mon amour repère sur le marché une robe ravissante, et pendant qu’elle essaie de décider si elle va l’essayer, et si oui dans quelle couleur, ma main se dirige presque à l’insu de mon plein gré vers le tissu, évalue la matière et j’entends cette phrase sortir de ma bouche: “Ah c’est bien, c’est facile à laver”.

Voilà, je crois que j’ai atteint mon niveau d’expertise.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s