La Floride, c'est «L'Histoire sans fin»

En fait, c’est plutôt Key Largo. À chaque fois que la Floride met du temps à compter les votes (en 2000 entre George W. Bush et Al Gore, et là, cette semaine), je ne peux pas m’empêcher de penser à cette scène, dans laquelle Edward G. Robinson, dans le rôle du gangster Johnny Rocco, explique les dessous de la politique à Humphrey Bogart et Lauren Bacall.

LA phrase (on compte et on recompte jusqu’à obtenir le résultat désiré) est à 1’50:

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s